Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Les entretiens avec un psychologue permettent de préciser ce qui amène chacun à consulter au centre de soins : dire ce qui se passe pour soi et ce dont on souffre. Ceci afin de concevoir ce que signifie l’addiction dont on se plaint. A partir de la première rencontre peut s’engager une réflexion et une élaboration dans une visée psychothérapeutique.

Ce travail peut être réalisé en parallèle de consultations médicales et sociales dans le centre de soins.

 Le dispositif des entretiens cliniques s’adresse à différents publics :

  • des consommateurs de drogue, d’alcool en demande de sevrage ou de réduction, de contrôle de leur consommation,
  • des joueurs (jeux en ligne, jeux d’argent…) en demande d’une limite dans leur excès,
  • des usagers demandant un soutien psychologique dans le cadre d’un traitement de substitution,
  • des personnes s’adressant à nous avec une demande déjà élaborée d’un travail psychothérapique,
  • des adolescents ou de jeunes adultes qui peuvent ainsi évoquer ces consommations,
  • des parents et/ou personnes de l’entourage d’un usager en impasse face à ces questions, ces comportements d’addiction.

Les premières consultations permettent d’évaluer et de choisir les orientations de travail :

  • Mise en place d’un accompagnement et d’un soutien dans la constitution d’une démarche de soins : en interne (psychiatre, médecin généraliste et travailleurs sociaux) ou avec d’autres centres de soins.
  • Mise en place d’un dispositif thérapeutique.
  • Constitution d’un étayage « parmi d’autres » dans le réseau de soin.
  • Orientation vers d’autres dispositifs (réduction des risques, urgences psychiatriques, lieux d’hébergement) mais aussi vers les dispositifs non spécialisés ou libéraux.